Je suis accro à pas mal de choses.

J'aime le chocolat, les chips et de manière générale tout ce qui fait grossir, ce qui explique l'obésité qui s'est emparée de moi depuis l'adolescence et l'époque bénie où je me trouvais grosse parce que je portais du 38. J'aime le shopping, la mode et de manière générale tout ce qui fait que la société de consommation a encore de beaux jours devant elle. J'aime les séries débiles, glandouiller devant la télé et de manière générale tout ce qui fait que lorsque la 18e Star Ac ouvrira ses portes je serai encore devant mon écran à commenter gaiement et à écouter les envolées pseudo-lyriques de Nikos Aliagas avec un sourire attendri.

Mais j'aime aussi les hommes, malheureusement.

MALHEUREUSEMENT.

Parce que je ne suis MALHEUREUSEMENT (je vous fais peur avec mes majuscules hein, pleurez manaaants) pas le genre de fille à avoir une vie sentimentale équilibrée, vous le savez maintenant, mais si j'ai pas le droit de radoter sur mon blog j'ai envie de vous dire que tout fout le camp ma bonne dame, la faute à la baisse du pouvoir d'achat.

Et parce que subséquemment, je cultive la drama queen attitude dans ma vie amoureuse...

Vous voyez la fille équilibrée qui rencontre son copain dans des circonstances normales, qui a une relation normale avec lui, qui fait des photos genre ah ah ah on sourit et on est beaux parce qu'on s'aime, oui ça fait 37 ans et on s'aime toujours, alors na na nère? Vous la voyez elle? Eh ben c'est pas moi.

Moi, je suis la fille qui a un ex-mais-pas-vraiment depuis deux ans, soit un de plus que le temps passé ensemble officiellement (un an si vous savez compter, bieeeeeeeeen, vous voyez quand vous voulez!). Moi, je suis la fille qui a déjà craqué sur un mec qui n'hésite pas à porter du rose saumon ET du bleu électrique en même temps, non ce n'est pas une légende urbaine. Entre autres mannequins égocentriques qui ne comprennent pas que l'on n'ait pas envie de coucher avec eux au bout de deux bisous et demi, mecs maqués et meilleurs amis champions de l'ambiguïté. Moi, je suis la fille qui peut jouer les Bree Van de Kamp abstinentes un jour, et flirter avec un bel inconnu en boîte le lendemain en demandant à ses copines si elles trouvent VRAIMENT qu'elle danse comme une gourgandine. Moi, je suis la fille qui s'ennuie lorsqu'elle n'a aucun mec en vue.

Mais moi, je suis une fille qui aimerait bien un peu de stabilité, mine de rien...

Vous voyez la fille des films américains qui tombe amoureuse de Brian, la star du lycée, la fille qui a des photos de Brian dans son casier et qui passe tout le film à rêver que le Brian en question l'embrasse le soir du bal de promo? Vous la voyez elle, cette foutue rêveuse un peu espionne sur les bords? Eh ben c'est moi.

La vraie moi, celle qui cohabite avec la catinette drama addict.

C'est pourquoi j'envisage de suivre la tendance et de commencer une rehaaaaaaaaab. Histoire de me mettre en tête une bonne fois pour toutes que je PEUX être constructive et arrêter de me faire du mal. Histoire de vivre moi aussi une histoire qui me donne envie de dire "na na nère" à la Terre entière.

  • Dans ma rehaaaaaaaaab à moi, on écoutera des chansons de femmes heureuses de vivre et équilibrées genre "Hot stuff" ou "It's raining men". Et ne venez pas me dire que ça n'a rien de très monacal, j'ai dit que je serais CONSTRUCTIVE, pas que je me transformerais en Geneviève de Fontenay.

  • Dans ma rehaaaaaaaaab à moi, on jettera les ex chiants, les Too Sexy For My Shirt et autres objets de frustration au bûcher. Ou alors on leur fera des bisous, mais de petits bisous de rien du tout, pour leur montrer qu'on est constructives et qu'on s'en fout de leur vie. Oui, c'est radical, je sais.

  • Dans ma rehaaaaaaaaab à moi, on apprendra par coeur les histoires d'amour de nos amies non-drama addicts, diapos à l'appui, avec les paupières scotchées, genre propagande qui fait peur, sauf que ça fera pas peur, ce sera juste over chouuuuu (Sab sors de ce corps!).

Copie_de_james_franco_1_the_dead_girlCopie_de_Heroes_Ep1x11_Fallout_08Copie_de_Jonathan_Rhys_Meyers

(Nooon, je ne déroge pas à ma constructive attitude, c'est juste que la première étape de la rehaaaaaaaaab consiste à se confronter à ses démons intérieurs. Autrement dit, à mater sans vergogne certains de mes amours réguliers, c'est-à-dire James Franco, Santiago Cabrera et Jonathan Rhys-Meyers. C'est duuuur, mais ne vous inquiétez pas, je survivrai. Hummm...)

En fait, je crois qu'on peut déduire de tout cela que moi, je suis une fille qui, si elle ne détestait pas s'auto-caricaturer, se qualifierait de Bridget Jones, version "je ne suis visiblement pas d'origine bourguignonne"...

... mais que je me soigne!

Enfin j'essaie, ne chipotons pas hein, il est tard.

Il suffit.

Mathilde, de bad trips en bad trips... Et si on inversait la tendance?

Listening:

"Rehab" d'Amy Winehouse, of course!
"Love is a losing game" de la même Amy Winehouse, parce que je l'aime et c'est tout, et parce que cette chanson me touche particulièrement.