Il est grand (ou pas), il est beau (la base), il sent bon le sable chaud (ou Black XS).

Il est intelligent, il est drôle, il est gentil, est-ce que j'ai dit qu'il était beau? Il remarque vos nouvelles chaussures, votre nouvelle coupe de cheveux. Il est, a priori, le Bien.

Il est maqué. Pas avec vous hein, sinon c'est moins drôle.

Ainsi commence la sombre histoire de l'encanaillement.

Sans_titre_1

L'encanailleur n'éveille aucune méfiance chez vous: il est bien sous tous rapports. L'homme idéal. D'ailleurs, sa moitié a, selon vous, fait l'affaire de l'année, et lorsque vous l'entendez s'extasier sur sa blonde, vous vous dites qu'elle en a de la chance. Parce que l'encanailleur est vraiment gentil, gentil, gentil, tellement gentil, tellement sain, tellement attachant, qu'il vous confie ses histoires de coeur, avec ce petit sourire de connivence qui vous donne l'impression d'être spéciale.

L'encanailleur se sent proche de vous, vraiment proche, et au début, lorsque l'encanaillement commence, vous avez l'impression d'être parano. Lorsque survient la première réflexion douteuse, vous vous dites que noooooon, vous avez mal compris, il est tellement chou, tellement heureux avec sa chère et tendre, noooooooon, il ne peut être ce connard in disguise que vous percevez derrière ses petits yeux de bichon.

Et puis, au fur et à mesure, savamment, l'encanailleur parvient à semer le trouble. A dire LA phrase à double sens qu'il faut, avec LE ton qu'il faut, pour vous rendre accro. A instiller une dose d'ambiguïté brillamment maîtrisée qui lui permet de n'être jamais assez clair pour que vous ayez quelque chose de solide sur lequel baser un réquisitoire futur. Comme ça, si un beau jour vous lui balancez sa perversion à la figure, il aura tout le loisir d'ouvrir des yeux de bambin apeuré et de vous dire que non, que tu comprends, mais on est amis tu comprends.

En même temps, c'est pas comme si vous étiez à même de lui balancer les contradictions susmentionnées puisque vous êtes déjà perdue et encanaillée. ENCANAILLEE. Vous savez qu'il est pris. Vous ne vous posez même pas la question de savoir s'il pourrait quitter sa nana pour vous, puisqu'au-delà de ça, vous savez qu'il ne se passera jamais rien entre vous. Et pourtant, vous vous prenez à rêver.

Ne vous accablez pas, ce connard fait tout pour. Sans jamais se mouiller. Et surtout, sans jamais concrétiser. Mais sans jamais vous laisser de répit, pour que vous lui restiez attachée et que vous lui permettiez de réaffirmer sa virilité balbutiante. C'est ça, le principe de l'encanaillement. L'encanailleur, c'est ce mec qui s'ennuie dans sa vie de couple et recrée avec vous une espèce de relation fictive qui lui permet de se sentir exister, qui lui donne l'impression d'être un mec libre, un mec qui ose, un mec qui ne se laisse pas faire.

Sauf que mec, quand tu rentres la queue entre les jambes retrouver ta légitime après avoir joué avec ta victime, tu es tout aussi pathétique que le Robert qui trompe sa femme sur Internet pour se donner l'impression d'être un homme, un vrai. Sauf que mec, le Robert m'inspire un peu moins de répulsion que toi, parce que ce que tu ne sais pas, petit con que tu es, c'est qu'au passage, tu joues avec les sentiments de quelqu'un qui mérite bien mieux que toi. Tellement mieux que toi.

Je te respecterais peut-être davantage si tu avais les couilles d'assumer tes relations fictives en utilisant les couilles en question, par exemple. Mais tu es avant tout lâche, encanailleur, et tu as sans doute du les laisser au même endroit que l'estime de toi-même que tu entends réaffirmer par ton comportement d'allumeuse à deux euros.

Parce que finalement, mieux vaut un connard qui s'assume qu'une lavette qui s'ignore.

Article dédié à ma chérie, à mon coeur, à mon incroyable amie encanaillée qui se reconnaîtra, parce que tu es way, waaaaay out of his league, et waaaaay, waaaaay out de la league de tous ceux qui ne voient pas la merveille que tu es.

Mathilde, qui est déjà bien assez emmerdée par ses propres dramas et qui aimerait bien que les boulets se tiennent AU MOINS éloignés de ses copines.

Listening:

"Release me" d'Agnes