10 novembre 2010

Slam de la nostalgie t'as vu.

Les enfants, je ne suis pas TRES TRES contente. Mais je suis une warrior-survivor des plus redoutables et je me suis donc remise des 19583759 ruptures d'anévrisme/infarctus/crises de spasmophilie-épilepsie du jour.

Pourquoi ne suis-je pas très très contente?

Ah mes petits poulets, votre candeur me désarme.


Copie_de_Dawson

Je ne suis pas TRES TRES contente parce que j'ai appris que pendant que je pleurais sur mon mémoire en m'enfonçant des chandeliers dans la gorge pour mettre fin à mes jours, S, the One and Only, mon ex-Chéri, celui pour lequel j'ai réalisé des montages à vous décoller la rétine sur mon Skyblog , celui dont j'ai écrit le prénom sur l'intégralité des tables du lycée (un jour j'ai trouvé un "Meuf je sais pas qui est ce S mais ou c'est ton premier mec ou t'es juste folle" anonyme dans ma salle de littérature, true story), celui dont j'ai posé la photo sur ma table pendant les cours tout en inscrivant dans mon agenda des dates aussi importantes que notre premier baiser, notre première fois et globalement chaque jour où je le voyais, ce fameux S donc, était devenu PAPA.

Toutefois, telle une Lorie qui pose nue dans les bois avec une coupe de cheveux de balai-brosse, j'ai appris à apprécier la mousse dans le fondement j'ai gagné en maturité. J'ai donc décidé qu'au lieu de rédiger un énième article de psychotique plein de théories fumeuses et d'envolées rageuses, j'allais utiliser mon talent inné pour la poésie et m'exprimer par le biais des vers, comme à l'époque où je lui écrivais des poèmes à base "Je t'offrirais mon âme, ma vie, toutes mes larmes, car devant toi je crois bien que je suis sans armes". (True story.)

Voici donc, en totale exclu, le "Slam de la nostalgie t'as vu".

S, je t'ai donné ma virginitey la veille de mon bac de philo,
Telle Lola à son Pedro, telle Buffy à son Angel,
Pour toi je mettais des hauts à paillettes et me faisais virer du lycée par le dirlo
Tu me rendais niaise et insupportable, mais la vie était belle.

S, quand nous nous sommes séparés tu as mis des années à m'oublier,
Encore heureux ai-je envie de te dire, t'étais mon premier love comme dirait Tony.
Je pensais que je te manquerais toute ta vie, que tu finirais aigri et désespéré
Tandis que je me marierais avec Yoann Gourcuff sur une plage de Tahiti.

S, ô rage, ô désespoir, ô Fatou Flinguée ennemie,
Malgré nos beaux souvenirs, nos roulages de pelles dans ta Clio,
Tu as eu l'outrecuidance de refaire ta vie,
Ton Newsfeed me narguant avec indécence et piétinant mon ego.

S, S chéri, toi qui m'as fait découvrir le vertige de la passion,
T'as cru que c'était la fête de l'accident de capote?
S, S chéri, si tu avais été un ex digne de ce nom
Tu serais à présent en train de te laisser mourir au fin fond d'une grotte.

Bien que ce slam ait été composé en mangeant un énième yaourt dégueulasse à 0%, je porte mon béret bleu électrique par dessus mon pyjama et ma crédibilité artistique reste donc aussi intacte que cette fille qui, il y a maintenant six ans, embrassait S pour la première fois dans le parc derrière le lycée.

Le pouvoir de l'art mes amis, LE POUVOIR DE L'ART.

Là normalement, c'est le moment où j'arrête de faire ma tepu et où je vous avoue qu'en réalité, malgré la bizarrerie de la nouvelle et l'inévitable nostalgie qui s'ensuit, je l'ai trop aimé pour lui souhaiter autre chose que d'être heureux. Que je suis sûre que le grumeau est un chef d'oeuvre de choupitude et que si je le voyais j'aurais envie de le kidnapper dans la minute pour ma future pouponnière dysfonctionnelle avec Meriem.

Mais le pouvoir de l'art m'impose une déconstruction radicale du concept de conclusion d'article, et donc je ne conclus PAS, et je m'en vais comme une princesse à l'autre bout de ma chambre pour marquer le coup.

Adieu.

Mathilde, récemment larguée par le biais d'un "C'est pas toi c'est moi" d'une violence inégalée et qui aimerait bien que ses ex aient une vie sentimentale aussi chaotique que la sienne.

Listening:

"Gives you hell" d'All American Rejects, ici interprétée par Rachel de "Glee", PARCE QUE SI LA VIE ETAIT DROLE JE POURRAIS CHANTER DES TRUCS HAINEUX A DES QUARTERBACKS HANDICAPES EMOTIONNELS.

Posté par Mathilde M à 00:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Slam de la nostalgie t'as vu.

    Le "c'est pas toi, c'est moi" est une blague, non? Y a pas moyen que le gars se croit crédible!

    Sinon, ton slam m'a tellement émue, avec cette belle nostalgie, t'as vu.

    Posté par Mlle Jones, 10 novembre 2010 à 00:23 | | Répondre
  • T'es complètement tarée... mais qu'est-ce que j'ai ris !
    L'accident de capote : génial !

    Posté par Aurélie - Pulpa, 10 novembre 2010 à 07:42 | | Répondre
  • Réponses

    Mlle Jones: Le "c'est pas toi c'est moi" est véridique, avec en bonus track le "je sais que ça sonne comme du foutage de gueule et que ça énerve mais là je te jure que c'est pas toi, c'est moi". HUM.

    Si au moins il me l'avait dit en slam t'as vu.

    Aurélie: Je ne suis pas folle vous savez?

    (PS: Thank you, j'étais assez contente de cette phrase, ça me semblait juste assez méchant et rageur.)

    Posté par Mathilde, 10 novembre 2010 à 09:48 | | Répondre
  • C'est beau ce que tu dis

    Posté par Caroline, 10 novembre 2010 à 10:59 | | Répondre
  • tu postes deux fois par an, mais j'adore toujours! le coup du slam, fallait le faire bravo

    Posté par welcome aboard, 01 décembre 2010 à 12:34 | | Répondre
  • Réponses

    Caro: L'âme du poète mon enfant, l'âme du poète.

    Marie: Je réponds AUSSI deux fois par an aux commentaires, mais merci !

    Posté par Mathilde, 20 décembre 2010 à 02:49 | | Répondre
Nouveau commentaire