Nouveau dada de la blogosphère parisiano-glam-hype: Facebook.

Facebook est, je cite, "un réseau d'utilité sociale qui vous permet de rester connecté avec vos connaissances". C'est un peu comme MySpace, en plus sérieux. C'est un peu la hypitude moderne: on crée son Facebook pour montrer au monde à quel point on est stylish et hype et à quel point on a trop d'amis dans la vie. Une fois qu'on a son quota de 36541 amis, on est bien content d'être hype et de fonder des groupes so hype genre "le groupe des gens so hype de la life".

(J'abuse un peu des "hype" aujourd'hui, mais c'est normal, c'est la Facebook attitude.)

13185345

Sauf que pour certaines personnes, Facebook n'est qu'un moyen de plus de développer leurs instincts psychopathes. La preuve, c'est que ça faisait des mois que tout le monde essayait de me forcer à m'y inscrire, et que je me suis décidée uniquement le jour où Ani m'a dit "Mais tu te rends pas compte, toute la fac est sur Facebook, on va pouvoir les espionneeeeeer, c'est trop marrant!". Cinq minutes après, je créais mon compte et espionnais effectivement mes chers camarades de la Sorbonne, certains plus que d'autres, mais c'est une autre histoire.

Je me suis donc mise à la Facebook way of life pour des raisons assez machiavéliques, mais au-delà de mes plans diaboliques, j'ai découvert que Facebook, c'est EN SOI vachement pervers comme truc. Notamment à cause des pokes. Pour les gens pas hype qui ne sauraient pas ce qu'est un poke, le poke, c'est un truc par lequel on adresse un petit coucou à quelqu'un. Et c'est le truc le plus vicieux qui soit. Vous voulez une preuve?

Mettons-nous en situation.

  • On tombe par hasard (ou pas) sur la fiche d'un mec que l'on trouve fort mignon (ou pas, car on s'intéresse aussi à la beauté intérieure de la populace Facebookienne et on n'est pas qu'une vile catin, hein qu'on n'est pas qu'une vile catin?).

  • On le poke l'air de rien, genre "Kikou kikou ça va? Je t'ajoute pas à mes amis pour pas avoir l'air d'une tarée psychotique mais je te poke histoire que toi tu m'ajoutes éventuellement à tes amis et si tu le fais pas je m'en fous je t'emmerde t'es moche tu sers à rien meuuuuuuuuurs!". Oui, ça fait beaucoup d'attentes cachées dans un simple clic.

  • La personne en question ne vous pokebacke pas. Double drame: un, on est énervée, et deux, on invente ENCORE de nouveaux verbes. Et on scrogneugne. Oui, ON. Je ne parle pas de moi, moi j'suis une fille équilibrée et je ne me livre pas à ce genre de comportements honteux.

Le poke: nouvel outil de torture des temps modernes :p !

A part des gens qui ne me pokebackent pas, sur mon profil Facebook, il y a Vanessa qui me dédicace "Libertine" de Kate Ryan et m'envoie des claques virtuelles pendant que je lui jette des vaches pour la punir. Sur mon profil Facebook, Cyrielle fait exprès de m'enlever des points au test de pureté, tout ça parce qu'elle est jalouse de mon innocence. Sur mon profil Facebook, il y a des séances de commérages nocturnes entre Pues. Sur mon profil Facebook, Jonathan me harcèle pour que je lui paie le McDo que je lui ai promis il y a quasiment un an, ce qui n'est pas la hypitude même, vous en conviendrez. Sur mon profil Facebook, j'ai un Choixpeau Magique qui est un gros connard parce qu'il me traite de Poufsouffle alors que - vous en conviendrez encore une fois - tout le monde veut être chez Gryffondor. Sur mon profil Facebook, j'ai des citations extraites de "How I met your mother" et des amis qui me nominent comme étant la "personne la plus apte à passer dans l'émission de Jerry Springer". Sur mon profil Facebook, je fais partie entre autres des groupes "Le Snake de Nokia m'a fait glander pendant le collège", "When I grow up I'm going to be a Disney princess", "I replaced the blood in my veins with Nutella" et "The French Chris Crocker appreciation society".

En fait, sur mon profil Facebook, c'est plein de rebondissements, de blabla, de langue de vip' attitude, de catineries... C'est le grand n'importe quoi, mais je m'y ennuie rarement...

C'est un peu comme ma vie en fait.

Mathilde, Facebook addict...

Listening:

"Numb" de Sia

Pix: Marguerite Sauvage